Loading...

Quand on pense à New York en 2019, on imagine des financiers en costumes cravates hystériques en plein tradding à deux doigts de la crise cardiaque. Merci à Oliver Stone et ses films “Wall Street” pour avoir alimenter la caricature…

Si on ne peut nier, que cette facette de ville existe, New-York ce n’est pas seulement cela. Vous vous souvenez de l’obsession du mot “start-up” qui alimentait les conversations et les reportages télé en France, il y a quelques années ? Si l’on a tendance aujourd’hui dans l’hexagone à revenir au concept PME plus ou moins innovantes, aux Etats-Unis en général et New York en particulier, les startsups originales, décalées et avant-gardistes sont toujours bien présentes. Petit voyage dans la galaxie start-up New-Yorkaise…

De la Silicon valley à New-York

Pendant de nombreuses années la Silicon valley fut le lieu du paradis de la Startup. Mais un événement majeur vient d’avoir lieu il y a quelques semaines. L’entreprise Techcrunch qui est le créateur de l’AngelPad et qui est un des plus gros site de la Silicon valley vient d’annoncer l’ouverture de vastes bureaux à New-York.

Techcrunch n’est pas un petit joueur car c’est une entité qui a soulevé 100 millions de dollars pour ses startups, sa venue à New-York est un signal fort, car jusqu’à présent Techcrunch était basé exclusivement sur la cote ouest.

New-York : une plaque tournante pour les starts-up

En ce début de printemps 2019 ce sont plus de 4500 startups qui ont leurs résidences à New York. Peut-on se servir de ce chiffre pour parler d’eldorado économique ? Pour le moment pas tout à fait mais les signaux sont bons.

Des centaines de startups sont à capital-risque, et des centaines d’autres sont soutenus par les fameux “bizzness angels” et enfin d’autres voient leurs saluts financiers grâce a de grands groupes d’investissement.

La question légitime est : y-a t-il un avenir économique pour la startup Newyorkaise ?

Sans détour la réponse est oui.

Car les créateur de startup font preuve d’une motivation, d’une énergie et originalité sans pareil. Et le partenariat public/privé fonctionne à plein régime. En plus des modes de financement précédemment évoqués, la Mairie de New-York met en place des plans d’aides et de rencontres pour aider les créateurs et les financiers. Tout ce petit monde pari sur le futur.

L’innovation au coeur de la réussite

Mais pourquoi les autorités publiques et les investisseurs privés sont ils si confiants dans des petites entreprises qui pour l’heure ne sont pas rentables. La réponse est simple : elles innovent.

Quelques exemples :

Les journaux traditionnels ont vus leurs tirages baisser d’une façon permanente.

Solution : le contenu en ligne.

Problème : la rentabilité.

Beaucoup de grands titres font appels à des startups pour régler les problématiques de mixité médias/publicité, notamment en passant par des apps de plus en plus interactives au niveau pub.

Autre secteur touché par la révolution numérique : le commerce de proximité. SureDone est une solution e-commerce de pointe pour les commerçants qui s’est spécialisé auprès de la communauté new-yorkaise.

New-York et ses startups est donc une histoire d’amour économique qui ne fait que débuté.

28 mars 2019