Loading...

Il va de soit que le succès d’un projet dépend avant tout des équipes qui seront amenées à le réaliser. Une équipe nouvellement créée doit apprendre à travailler ensemble et appréhender les qualités de chaque membre qui la compose. Construire une équipe d’hommes et de femmes d’univers hétéroclites est à la fois complexe tout en n’étant qu’une histoire de bon sens. Le fameux bon sens, celui dont manque hélas cruellement bon nombre d’organismes et d’entreprises qui constituent aujourd’hui notre société.

Comme le disait le célèbre colonel John ‘Hannibal’ Smith :

« Seul, je suis bon. Avec mon équipe je suis imbattable »

La capacité d’une équipe à travailler ensemble et à mener à bien un projet dépend de nombreux facteurs.

D’après une étude de Google, le succès collectif dépend de différentes vertus, notamment la gentillesse, mais la firme californienne révèle avant tout qu’il n’y a hélas pas de recette miracle…

Voyons néanmoins quelques facteurs clés du succès…

La sécurité psychologique

Il s’agit d’un élément basique : savoir sur quoi on travaille, la finalité de notre job, avec qui on le réalise et de quelle manière. Etre à l’aise avec son projet, en comprendre les enjeux et les objectifs, savoir que l’on peut compter sur ses collègues et un management bienveillant si nécessaire, ne pas ressentir de pression inutile.

Un exercice mené en toute confiance et avec responsabilité est clé dans la réussite d’un projet. C’est ce qui autorisera le collaborateur et l’équipe à prendre des risques afin que le projet soit un succès.

La fiabilité

Il s’agit là de pouvoir compter les uns sur les autres sans qu’aucune interférence ne vienne polluer cette proximité entre les membres de l’équipe. Il ne s’agit in fine que de confiance. Pouvoir être épaulé par un collègue en cas de coup de dur, être conforté par son management lorsque cela le nécessite, bref avancer en se sachant soutenu par l’ensemble de l’équipe.

Dans ce contexte, chacun sera alors enclin à assumer ses échecs et ses succès afin d’avancer sereinement et en toute quiétude au sein de l’équipe.

La clarté

Comprendre et maitriser son sujet est loin d’être évident pour tous… Dans ce cas précis l’échec est assuré à 100%. Connaitre son sujet, les rôles de chacun, les attentes du client, ses objectifs, ses craintes… est essentiel à la réussite du projet.

Les outils sont également essentiels à la bonne gestion d’un projet. Un outil dégradé, non ergonomique, ne rendant pas le service attendu et n’emportant pas l’adhésion de toute l’équipe affaiblira fortement la motivation des équipes.

Cela peut sembler évident, mais je rencontre tellement d’équipes où tout est flou, où les collaborateurs font de la rétention d’information, cherchent à se nuire entre eux… L’échec est alors à coup sûr au bout du chemin.

Le sens (meaning of work)

Pour que le projet soit une réussite, il est primordial que chaque personne s’implique personnellement. Pour cela elle doit comprendre le sens de sa mission, à quoi elle sert et quelle sera la finalité de son travail.

En donnant du sens à la mission, chaque collaborateur se sent impliqué et viendra renforcer la cohésion et l’osmose de l’équipe. La dynamique du projet s’en trouvera alors renforcée.

L’impact

Chaque collaborateur doit savoir qu’à son niveau, quel qu’il soit, son travail est important pour l’entreprise, pour son client et pour son management. Pour qu’il en ait conscience, il faut lui dire, lui expliquer les impacts positifs ou négatifs de son travail et de son attitude. La communication entre collaborateurs reste le point essentiel dans la gestion de projet et la bonne relation entre les équipes.

Ces 5 points clés mis en exergue par le management de Google restent très simples, mais il est parfois utile de les rappeler…

Franck PICCARD, premier médaillé olympique de super-G Français analysait cela de manière très pragmatique : « La réussite appartient à tout le monde. C’est au travail d’équipe qu’en revient le mérite ».

A nous tous d’appliquer ces bonnes pratiques au sein de nos organisations !

27 mars 2019